Retour

La première journée de soleil après presque une semaine de précipitations permet de prendre plus de temps dans la vigne, une belle randonnée dans sur le haut du village de Reich, au cœur de la vallée du Ahr ; une petite « enclave » protégée par les collines Eifel qui profite d’un climat relativement chaud et sec, la plantation plus nordiste d’Europe pour la maturation de variétés rouges.

On parle d’un vignoble qui fait à peu près la dimension des Grisons, aussi planté principalement à Pinot Noir sur les coteaux plus escarpés et ensoleillés, les terres plus maigres et drainantes portées sur du schiste, de l’ardoise et compositions volcaniques de l’époque Dévonienne appelées grauwackes.
La vigne reste plantée dans le sens de la pente, on évite normalement la construction de terrasses, pour pouvoir travailler à la machine, des «atrevidos» qui arrivent à travailler souvent à 50, 60, 70% d’inclinaison.

Les coûts de production sont très élevés, mais les petite quantités et la qualité intrinsèque du produit permet d’amortir ces frais sur des vins qui trouvent son placement commerciale au sommet de la pyramide allemande, au delà seulement les rares « Edelsüsse Weine».

Je vois un grand potentiel dans cette région à la viticulture extrême, la marge de progression dans la compréhension du terroir reste encore considérable ou peut-être pas…puisque tous ce qu’on pourrait encore demander c’est le geste ultime, le vertige vers un produit qui transcende la matière et devient pure vibration.